CLIQUEZ AUSSI SUR L'IMAGE POUR VOIR LE ROMAN SUIVANT

Roman
16x24 cm
ISBN : 9-782-908456-86-8
15 €

Gilles Goiset
Henri Baudin
médecin de la grande guerre

Juillet 1919 : le major de l’armée du Levant Henri Baudin, lucide, gît sur un lit d’hôpital près de Beyrouth (actuel Liban). La Grande Guerre s’apprête à ajouter son nom à la longue liste dont elle s’est abreuvée.

Soit en rêve, soit par le biais de conversations avec ses deux infirmiers, Laurent Verdier et Jean Seynac, dont les patronymes figurent réellement comme témoins sur son acte de décès, il se remémore, sans respect chronologique, ce qu’ont été ses quarante-cinq années d’existence. Son arrivée en provenance de la capitale à Aprey (Haute-Marne), ses études de médecine à Paris, sa thèse sur l’infection puerpérale en 1901, le conseil de révision au chef-lieu de canton, l’engagement politique, l’installation de son cabinet au village des Sources de la Vingeanne, les soins prodigués au plus proche du front : tout défile sous ses yeux, qui – il en est parfaitement conscient – bientôt s’éteindront. Amours et amitiés prennent toujours le pas sur haine et férocité, dans des conditions pas toujours favorables, pour que triomphent l’humanisme et le serment d’Hippocrate.

Le roman, s’appuyant sur des sources et des personnages authentiques, met en avant le sens des autres, l’enfer de 14-18, l’inutilité des conflits, la place déterminante du mot Paix, un langage tout droit sorti de la bouche de quelqu’un appelé à soigner et guérir, et non pas à tuer.

Par-delà, se dessine aussi le devoir de mémoire et d’hommage face au sacrifice de tous les combattants de la part de toutes les générations et en particulier des plus jeunes. Tombes, stèles et monuments aux morts ne se trouvent-ils pas érigés pour nous le rappeler ?